Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : Info Bien-être
  • Info Bien-être
  • : Mon blog est un bloc notes sur tous les sujets qui me passionnent, m'intéressent où m'interpellent...bien-être,nature,rando,photo,Bretagne, santé, sport... C'est aussi le moyen de vous faire découvrir ma petite boutique en ligne de produits bien-être et ésotériques:www.sentiersdubienetre.com Bonne visite sur les deux sites !
  • Contact

Auteur

  • Mary Blue
  • Je suis passionnée par tout ce qui touche le bien-être et la spiritualité, la nature et l'humain.
  • Je suis passionnée par tout ce qui touche le bien-être et la spiritualité, la nature et l'humain.

Recherche

19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 07:33

 

 

Abus de prescription, efficacité remise en cause…faut-il avoir peur des antidépresseurs ? Le docteur David Gourion, médecin psychiatre à l'hôpital Ste Anne (Paris) répond à vos questions.

 

1. Les antidépresseurs sont-ils réellement efficaces ?

Les études récentes ont montré ce que l’on sait depuis longtemps, à savoir que ces médicaments marchent beaucoup mieux dans les formes sévères de la dépression. Dans ce cas, ils sauvent des vies, c’est incontestable. Dans les formes légères, en revanche, il n’a pas été prouvé qu’ils faisait mieux que les plantes ou un placebo. Cela n’empêche pas certaines personnes de se trouver mieux sous traitement lorsqu’ils traversent une période difficile. Mais n’oublions pas qu’on n’en connaît pas les effets à long terme.

 

2. Antidépresseurs: est-ce qu'on en prend trop ?

Les Français consomment davantage d’antidépresseurs que leurs voisins, mais ils achètent aussi plus d’antiasthmatiques, d’antibiotiques et… de médicaments en général. N’oublions pas que ce niveau élevé est aussi lié à la facilité d’accès aux soins. En France, on consulte plus qu’ailleurs, car on est globalement bien remboursé, donc on consomme davantage. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose en soi. Le problème, c’est que ce ne sont pas toujours les bonnes personnes qui prennent ces médicaments. Ainsi, moins d’un patient dépressif sur deux est sous antidépresseurs. Et, lorsqu’ils le sont, le traitement est souvent trop court: deux mois au lieu de six.

 

3. Antidépresseurs: quelles autres solutions ?

C’est facile de « taper » sur les généralistes parce qu’ils en prescrivent trop. Mais quelles autres solutions ont-ils à leur disposition devant un malade au bout du rouleau ? On sait bien que la « vraie » dépression ne se guérit pas avec de la marche ou des omégas 3. Et tout le monde ne peut pas s’offrir une psychothérapie à 40 ou 60 € la séance, non remboursée. Il faut compter autour de 2 500€ pour la prise en charge d’une dépression avérée, car deux séances par semaine pendant six mois sont nécessaires. Pas facile quand on travaille ou habite à la campagne ! Autre problème: tous les psychologues ne sont pas formés à la prise en charge de la « vraie » dépression, une maladie qui n’a rien à voir avec la déprime que l’on peut ressentir à l’occasion d’un évènement stressant comme un deuil, un divorce ou une période de chômage.

 

4. Comment traiter le mal de vivre ?

C’est un problème émotionnel inhérent à notre condition humaine. Le faire taire par des médicaments qui ont des effets secondaires (prise de poids, baisse de la libido…) peut être une solution passagère. Mais cette médicalisation de la souffrance psychique ne doit pas se substituer à une réflexion de fond afin de trouver en soi les ressources pour faire face aux évènements perturbants. Seule cette forme de réponse favorise le chemin vers l’autonomie. Mais on peut se faire aider !

 

5. Et dans les autres pays ?

Le nombre élevé de suicides (12 000 par an sont dus à une dépression) montre que notre prise en charge n’est pas optimale. Avec des mesures simples, et malgré des réductions de budget importantes, la Grande-Bretagne a fait nettement baisser son taux de suicide. Un résultat obtenu grâce à la mise en place de campagnes de prévention, d’une ligne téléphonique d’assistance 24 heures sur 24, et de formations des psychologues aux psychothérapies de la dépression. Dans les autres pays européens, la solution médicamenteuse et psychothérapique est prise en charge de façon similaire. Cela favorise la complémentarité de ces deux approches

 

6. Comment agissent les antidépresseurs ?

Les antidépresseurs agissent directement sur le système nerveux central. Ils le stimulent en augmentant la production de neurotransmetteurs, molécules qui favorisent la transmission des messages entre les neurones. C’est le cas de la sérotonine, de la noradrénaline qui servent à réguler l’humeur, c’est-à-dire la vie émotionnelle, le niveau d’énergie, le degré de motivation, d’anxiété, la capacité à ressentir du plaisir, le comportement alimentaire et le sommeil.

 

7. Antidépresseurs: on en vend combien ?

En 20 ans, les ventes d’antidépresseurs ont été multipliées par six. Une augmentation qui s’explique en partie par l’arrivée d’une nouvelle classe de médicaments, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, mieux supportés que ceux existants jusque-là. Le Prozac® en fut le chef de file. Mais les antidépresseurs sont maintenant utilisés comme antidouleur dans certains cas. À des doses différentes.

20% des Français se sont sentis déprimés l’an dernier et 8% ont souffert d’une vraie dépression, les femmes étant deux fois plus touchées que les hommes.

 

8. Peut-on devenir accro aux antidépresseurs ?

Les antidépresseurs diminuent le niveau d’anxiété et d’inhibition. Ils aident donc à vivre de manière plus confortable. Si on ne fait pas en même temps un travail sur soi pour apprendre à réagir de façon plus positive (ce qu’aide à faire une psychothérapie), on peut être tenté d’en prendre longtemps. Mais il ne s’agit pas d’une dépendance, au sens où des symptômes de manque ne surviennent pas lorsqu’on cesse d’en prendre. Comme c’est le cas avec les tranquillisants. Pour plus de confort, il est conseillé d’arrêter progressivement. En accord avec son médecin.

 

(Auteur : Dominique Pierrat - Top santé.com)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Maryblue - dans Santé

Derniers Articles

  • PLEINE LUNE DU 10 MAI 2017
    On dit de cette pleine lune qu'elle sera celle d'une révision majeure de notre vie, Elle est placée sous le signe de la transformation comme un éclat de diamant, Le passage d'un état à un autr... PLEINE LUNE DU 10 MAI 2017 On dit de cette pleine lune...
  • Sortir de la Haine et Respirer la Sécurité intérieure.
    Dans le texte précédent j’ai succinctement décrit les étapes et les émotions qui se cristallisent pour se transformer en Haine. Vivre dans la toxicité et l’amertume perturbe l’ensemble des neurotransmetteurs et crée des perturbations psychologiques et...
  • Yana merci et ♥♥♥
    Enfant, elle rêvait de rencontrer le prince charmant, de l'épouser et de vivre heureuse à ses côtés. Ils s'aimeraient inconditionnellement, auraient des enfants qui respireraient la joie de vivre et habiteraient une jolie maison à la campagne. Elle aurait...
  • La symbolique de l’arbre
    L’arbre et son secret « Dans mon enfance j’adorais grimper aux arbres pour y construire de merveilleuses cabanes ou pour y cueillir des fruits gorgés de soleil… » Savez-vous que l’arbre connaît tous les secrets de l’univers ? L’énergie d’un arbre est...
  • Nouvelle lune du 26 février 2017 Mère Isis, Mère Marie
    Cette lunaison paraît vigoureuse, à partir du 24 les effets peuvent commencer à se faire sentir plus fort jusqu'au pic culminant le 26 , les états émotionnels semblent se prendre dans des tourbillons d'émotion assez divers et variés. De nouvelles vibrations...