Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Presentation

  • : Info Bien-être
  • Info Bien-être
  • : Mon blog est un bloc notes sur tous les sujets qui me passionnent, m'intéressent où m'interpellent...bien-être,nature,rando,photo,Bretagne, santé, sport... C'est aussi le moyen de vous faire découvrir ma petite boutique en ligne de produits bien-être et ésotériques:www.sentiersdubienetre.com Bonne visite sur les deux sites !
  • Contact

Auteur

  • Mary Blue
  • Je suis passionnée par tout ce qui touche le bien-être et la spiritualité, la nature et l'humain.
  • Je suis passionnée par tout ce qui touche le bien-être et la spiritualité, la nature et l'humain.

Recherche

9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 20:44

 

 



Course à pied, fitness, tennis, équitation… autant de sports qui font vivre un calvaire à vos seins. Ils sollicitent en permanence votre poitrine qui, fragilisée, risque de perdre en élasticité. Et ce qui est vrai pour les poitrines opulentes l’est tout aussi pour les petits seins. Donc, protégez-les…

Les risques ?

Une ptose mammaire- un affaissement et une perte du galbe de la poitrine - et des hématomes dus aux chocs. Les mouvements naturels –de gauche à droite et de haut en bas- que prennent les seins lors d’impacts répétés au sol, pendant un jogging par exemple, constituent autant de dangers de ptose et de traumatismes. Certaines activités de contact (judo, karaté) ou même le volley-ball ou le football peuvent combiner les deux effets. « En cas de traumatismes, un hématome peut apparaître et se résorber en 3 semaines environ » explique le Dr Carole Maitre, gynécologue à l’Institut national du Sport et d’Education Physique (INSEP). « Mais certains peuvent se calcifier, et se transformer en nodules.


Bien choisir sa protection. « Du fait des frottements et de la sudation, des lésions cutanées superficielles peuvent apparaître chez des femmes qui portent un soutien gorge non adapté » précise-t-elle. Le choix de l’équipement est donc primordial. Le but est de limiter au maximum les mouvements du sein et de son enveloppe cutanée. Le soutien gorge devra donc apporter un soutien et un maintien suffisants. Il est conseillé de choisir un équipement - soutien gorge ou brassière - élastique, sans armatures. Certaines marques proposent des modèles sans coutures. Ils s’enfilent comme un tee-shirt, de sorte que le sein est plaqué contre le muscle pectoral.

L’erreur serait de choisir une taille supérieure, ce qui réduirait tout maintien et favoriserait les frottements. « Les petits seins sont moins sujets aux " ballotements ou déplacements " mais ils doivent être protégés de la même façon » poursuit cette spécialiste. « A l’adolescence, un soutien gorge adapté au sport (type brassière sans armature) est un minimum pour ne pas fragiliser le sein en construction.
 

Le sport pour raffermir la poitrine?

N’espérez pas de miracles. Principalement constitué de la glande mammaire et de graisse, le sein n’est pas un muscle. Cependant, des sports complets comme la natation font travailler les épaules, les pectoraux et les dorsaux. Ce travail en douceur, associé à un bon maintien, peut aider à conserver le galbe esthétique des seins.


Le sport pour
prévenir le cancer du sein?

Carole Maitre tient à rappeler que « 2h30 d’activité physique modérée par semaine peuvent diminuer le risque de cancer du sein de 30%, surtout si cette activité est commencée jeune et poursuivie. Ce bénéfice est lié au maintien d’un poids stable, à l’effet de l’activité physique sur les hormones (les estrogènes, l’insuline) et sur les défenses immunitaires. »


Source : Interview du Dr Carole Maitre, gynécologue à l’Institut national du Sport et d’Education Physique
Cou

Partager cet article

Repost 0
Publié par Maryblue - dans Sport
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 20:36

actu_zen



Une étude de chercheurs de l'Université de Montréal a établi que la pratique du Zen, discipline méditative plusieurs fois séculaire, peut renforcer la région centrale du cerveau (ou cingulum antérieur) qui régule la douleur.

De plus, ils ont découvert en comparant l'épaisseur du cortex (substance grise) d'adeptes et de non-adeptes de la méditation Zen, que l'augmentation de l'épaisseur du cerveau peut réduire la sensibilité à la douleur.
« La pratique assidue de la méditation Zen semble avoir un effet sur l'épaisseur de certaines régions du cortex et l'augmentation de l'épaisseur corticale aurait pour effet, selon toute vraisemblance, de diminuer la sensibilité à la douleur, explique l'auteur principal de cette étude, Joshua A. Grant, doctorant au Département de physiologie de l'Université de Montréal et à l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal. Nous avons découvert une relation entre l'épaisseur corticale et la sensibilité à la douleur ; nos résultats corroborent ceux d'une étude antérieure sur le rôle de la méditation Zen dans la régulation de la douleur. »
Dans le cadre de cette recherche, les scientifiques ont recruté 17 adeptes de la méditation et 18 non-adeptes qui, en outre, n'avaient jamais pratiqué le yoga, ni souffert de douleur chronique ou de troubles neurologiques ou psychologiques. Joshua Grant et son équipe, sous la direction de Pierre Rainville de l'Université de Montréal et de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal, ont mesuré la sensibilité à une douleur d'origine thermique causée par l'application d'une plaque chauffante sur les mollets des participants et ont ensuite pris des clichés d'imagerie par résonance magnétique structurelle de leur cerveau. Selon les résultats des examens d'IRM, les régions centrales du cerveau qui régulent les émotions et la douleur étaient significativement plus épaisses chez les adeptes de la méditation que chez les autres.
Joshua Grant, souligne que «les postures souvent douloureuses associées à la méditation Zen pourraient contribuer à l'épaississement du cortex et à une meilleure tolérance de la douleur », ce qui pourrait signifier que la pratique de la méditation pourrait être utile d'une manière générale dans la prise en charge de la douleur, pour la prévention de la perte de matière grise liée au vieillissement et pour toute affection caractérisée par une altération de la matière grise tels que les accidents vasculaires cérébraux. Une diminution de 18 % de la douleur a été constatée chez les adeptes de la méditation. « Si la méditation peut modifier la réaction à la douleur chez une personne et par conséquent lui permet de diminuer la prise d'analgésique nécessaire pour soulager ses maux, ce serait un grand pas en avant », conclut Joshua Grant.


(Topsante.com )

Partager cet article

Repost 0
Publié par Maryblue - dans Santé
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 19:02

 

Pourquoi les sportifs mangent-ils des pâtes ?

Avant un match de foot, de basket, une course à pied ou à vélo, une randonnée… veillez au contenu de votre assiette. Au menu, des pâtes oui mais… pas seulement. Riz, pommes de terre, semoule… tous ces féculents alimentent les muscles en énergie. De vrais carburants !

Les féculents sont en effet des glucides qualifiés de complexes ou lents, car leur assimilation par l’organisme se fait… lentement, de façon étalée dans le temps. Par opposition aux glucides rapides, leur digestion et leur passage dans le sang (et donc leur assimilation par les muscles) sera très progressive.

Avant un effort d’intensité modérée à soutenue, les sportifs ont donc tout intérêt à constituer des stocks de glycogène, la forme sous laquelle les glucides sont transformés. Voilà pourquoi, les deux ou trois jours précédant la compétition, ils doivent privilégier les « pasta parties ». Et « plus le sportif dépense de l’énergie, plus il doit augmenter ses apports en sucres complexes », ajoute le Dr Stéphane Cascua (médecin du sport à Paris) dans son ouvrage Alimentation pour le sportif.


Vous êtes un adepte des pâtes ?
Veillez surtout à la cuisson. Préférez-les al dente. Trop cuites, spaghetti, tagliatelles et autres penne se
dégradent en… sucres rapides. Elles perdent ainsi tout intérêt pour le sportif. Et n’ajoutez pas non plus une sauce trop riche en matières grasses. Un simple filet d’huile d’olive et quelques feuilles de basilic régalent déjà les papilles.

Sachez enfin que les légumineuses (pois chiches, lentilles, haricots blancs) fournissent aussi des quantités intéressantes de glucides complexes. Elles vous permettront de varier les plaisirs. Leur digestion toutefois, sera plus laborieuse carelles sont particulièrement riches en fibres…

(Source : Alimentation pour le sportif, Dr Stéphane Cascua, Véronique Rousseau, - Amphora Editions)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Maryblue - dans Sport
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 21:41

Mort subite du nouveau-né : une explication biologique ?

En pratiquant l’autopsie de nouveaux-nés victimes d’une mort subite, une équipe strasbourgeoise a constaté une anomalie biologique… qui pourrait déboucher sur une piste. C’est le nerf vague, et son effet sur la fréquence cardiaque, qui seraient en cause.

Pédiatres, spécialistes de biologie moléculaire et pharmacologues ont minutieusement analysé différents paramètres liés à la fonction cardiaque de 9 nourrissons décédés de mort subite. En les comparant avec ceux de 8 enfants décédés par asphyxie, infection, déshydratation, maladie métabolique, syndrome du bébé secoué ou hématome sous-dural, ils ont noté des variations importantes. Ainsi ont-ils constaté que la densité des récepteurs à l’acétylcholine était doublée chez les nourrissons victimes de mort subite. Or l’acétylcholine - un neurotransmetteur produit par le nerf vague - a pour effet de ralentir le rythme cardiaque. C’est la substance en cause, par exemple, dans le malaise vagal.

Aucune anomalie biologique n’avait encore été observée chez les nourrissons victimes de mort subite. Ces travaux ouvrent donc des perspectives intéressantes, même s’ils demandent à être confirmés. En effet, un dosage sanguin assorti d’un traitement préventif pourrait peut-être éviter certaines des quelque 400 morts subites du nourrisson enregistrées chaque année en France. Même si les premières précautions à prendre sont de toujours coucher votre bébé sur le dos et de ne jamais fumer en sa présence.


(Source : Plos One, 1er mars 2010.
© 1996-2010 Destination Santé SAS - Tous droits réservés.)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Maryblue - dans Actualités
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 21:35

 


Chez les patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde, la pratique d’une activité physique est vivement recommandée. Pourtant, il n’est pas toujours facile de marcher, de courir, de nager avec des articulations douloureuses. Pour profiter à plein des bienfaits de l’activité physique, voici quelques trucs utiles.

La polyarthrite rhumatoïde, c’est la forme la plus fréquente des rhumatismes inflammatoires. Elle se caractérise par une atteinte des tendons et des articulations. Celles-ci deviennent gonflées, chaudes et douloureuses, surtout la nuit. Les mains et les pieds sont les plus touchés, de façon bilatérale et généralement symétrique, les mêmes doigts étant atteints sur une main et sur l’autre par exemple... Outre la douleur, la maladie entraîne une fatigue intense et persistante.


Or de nombreuses études ont démontré justement, l’intérêt de l’activité physique pour lutter contre la fatigue, mais aussi pour augmenter la force musculaire et par voie de conséquence, les capacités fonctionnelles. Sans oublier bien sûr, son effet favorable sur les troubles de l’humeur... Bouger, ce n’est forcément pratiquer un sport. C’est aussi la somme de nos activités quotidiennes : marche, entretien de la maison, courses… Jouer du piano ou tricoter par exemple, c’est tout à fait formidable pour travailler la mobilité des doigts !


Pour l’Association française des Polyarthritiques (AFP), l’essentiel « est de se bouger autant que possible, en dehors des poussées inflammatoires. Et de travailler que sur les articulations sans douleur, ni raideur ». Et à la moindre sensation douloureuse, mieux vaut arrêter. L’AFP conseille plus particulièrement la danse, le yoga, la gymnastique, la natation, la marche à pied et le Taï-chi-chuan. Des activités douces donc… et relaxantes. Bien entendu, l’avis favorable du médecin est un préalable à toute inscription dans un club.


(Source : PolyTonic, Association française des Polyarthritiques, septembre 2009)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Maryblue - dans Sport

Derniers Articles

  • PLEINE LUNE DU 10 MAI 2017
    On dit de cette pleine lune qu'elle sera celle d'une révision majeure de notre vie, Elle est placée sous le signe de la transformation comme un éclat de diamant, Le passage d'un état à un autr... PLEINE LUNE DU 10 MAI 2017 On dit de cette pleine lune...
  • Sortir de la Haine et Respirer la Sécurité intérieure.
    Dans le texte précédent j’ai succinctement décrit les étapes et les émotions qui se cristallisent pour se transformer en Haine. Vivre dans la toxicité et l’amertume perturbe l’ensemble des neurotransmetteurs et crée des perturbations psychologiques et...
  • Yana merci et ♥♥♥
    Enfant, elle rêvait de rencontrer le prince charmant, de l'épouser et de vivre heureuse à ses côtés. Ils s'aimeraient inconditionnellement, auraient des enfants qui respireraient la joie de vivre et habiteraient une jolie maison à la campagne. Elle aurait...
  • La symbolique de l’arbre
    L’arbre et son secret « Dans mon enfance j’adorais grimper aux arbres pour y construire de merveilleuses cabanes ou pour y cueillir des fruits gorgés de soleil… » Savez-vous que l’arbre connaît tous les secrets de l’univers ? L’énergie d’un arbre est...
  • Nouvelle lune du 26 février 2017 Mère Isis, Mère Marie
    Cette lunaison paraît vigoureuse, à partir du 24 les effets peuvent commencer à se faire sentir plus fort jusqu'au pic culminant le 26 , les états émotionnels semblent se prendre dans des tourbillons d'émotion assez divers et variés. De nouvelles vibrations...